Stage Konnokol

Konnokol: Le rythme pour tous !

Intervenant(s)

Suresh Gatham (Inde) et Pascal Lovergne (France)

Lieu

Le Trait D'union, 12 Rue de Normandie, 59370 Mons-en-Barœul

Date

samedi 8 février 2020
}

Horaire(s)

9H30-12h / 13H30-16H

Tarif

60/50€
p

Informations

L’association Couleurs de Voix organise des stages de chant et pratiques vocales spécifiques:

STAGE KONNOKOL

LE KONNOKOL est une technique de percussion vocale originaire d’Inde du sud
un langage du rythme utilisé et transmis oralement depuis 1000 ans
une beat-box ancestrale, accessible et intuitive
Facile et intuitif, le konnokol permet, en quelques séances seulement, d’apprendre et de chanter des rythmes , d’installer un ressenti fluide du temps et de créer du lien entre les individus. Le tout sans aucun autre instrument que la voix et les deux mains.
Le konnokol est accessible à tous : musiciens confirmés et débutants!

Lien conversation Konnokol :  https://youtu.be/lWIqT4LFzo4

LIEN VIDEO STAGE KONNOKOL

INTERVENANTS:
Ghatam Suresh: musicien de renommée internationale, spécialiste des percussions de l’Inde du Sud et du konnokol. Il est l’invité régulier de prestigieux festivals de Jazz, et de master classes de percussions. Il a collaboré entre autres avec Paul Simon.
Pascal Lovergne: bassiste jazz et musiques actuelles professionnel, médaille d’or conservatoire de Lille, y enseigne jazz et musiques actuelles. Actif dans de nombreux groupes et se produit dans de grands festivals de jazz et rock, il enseigne régulièrement le konnokol.

____________

CONCERT de Nandi  (Jazz / Musique indienne) le jeudi 6 FEVRIER 2020  au Trait d’Union à Mons-en-Baroeul

Nandi est le trio composé du maitre percussionniste indien Ghatam Suresh, du bassiste Pascal Lovergne et du pianiste Stefan Orins. La formule piano basse batterie se réinvente mêlant  au jazz les apports rythmiques et mélodiques de la musique carnatique. Les deux univers s’enrichissent et se complètent dans un mix parfaitement équilibré. La virtuosité de Suresh aux percussions (ghatam, kanjira, morsing) et au chant, le son original de Pascal Lovergne à la basse acoustique et le lyrisme élégant de Stefan Orins créent une musique profonde et riche, puissante et originale. Un son nouveau, une rencontre magique …

– lien vidéo Nandi : https://youtu.be/ZAzz7PzggaM

 

_____________

Interview de Pascal Lovergne

« Le konnokol est un véritable trésor »

Comment as tu découvert le konnokol ?

En préparant un programme de cours rythmique pour des musiciens non batteurs. J’avais besoin d’une approche collective et intuitive, le konnokol s’est avéré l’outil idéal.

Quel rôle a joué la rencontre avec Suresh ?

Suresh est le garant d’une tradition que je transmets à un public occidental, ma démarche n’aurait pas la même légitimité sans lui. Nos premiers cours ont eu lieu par Skype puis je suis allé le rencontrer en Inde. Aujourd’hui, je continue d’être son élève. En fonction de son agenda, il est présent lors de mes ateliers.

« Suresh est le garant d’une tradition que je transmets à un public occidental »

Qu’est ce qui te séduit dans le konnokol ?

Le konnokol permet de trouver son rythme, dans tous les sens du terme. Il suffit d’écouter, de ressentir et de parler pour gagner de la confiance en soi et débloquer des choses, c’est un vrai trésor. Enfin, il peut autant servir à des musiciens de conservatoires qu’à des scolaires ou des comédiens. D’où mon slogan de campagne : Rhythm for all !

Comment se déroulent tes ateliers de konnokol ?

Dans les sourires et la bonne humeur ! Il y a d’un côté un débit composé de syllabes et de l’autre les talas : des cycles rythmiques matérialisés par des gestes de la main. En superposant les deux, le konnokol permet de ressentir par le corps des notions rythmiques. Le répertoire peut ensuite se monter et se complexifier : phrase, morceau, composition, solo. Tous les participants sont acteurs de l’atelier.

« Le konnokol permet un ressenti corporel du rythme »

Comptes-tu ouvrir une « konnokol Academy » ?

Le konnokol est un enseignement en permanente évolution. Mon projet est d’établir l’équivalent d’une méthode en homologuant des niveaux et des degrés d’apprentissage. Toujours en concertation avec Suresh, j’élabore une pédagogie du konnokol adaptée aux programmes de formation qui existent dans les conservatoires et les écoles de musiques actuelles.

« J’aimerais greffer le konnokol aux programmes des conservatoires et d’écoles de musiques actuelles »

Quelles sont les grandes lignes de ton parcours artistique et musical ?

J’ai fait la classe de Jazz et de basse électrique au conservatoire de Lille. J’en suis ressorti avec une médaille d’or en 1998. Artistiquement, mes collaborations les plus marquantes sont le Bortsch Orkestra, le collectif de Jazz Onde Parallèle, le Simon Fache Big Backing Band et évidemment Nandi, le trio avec Suresh et Stéphane Orins.

Je considère le konnokol comme la suite logique d’une envie de transmettre qui a toujours été au cœur de mes projets, du coaching de groupes aux ateliers d’écriture avec les enfants en passant par les rencontres d’action culturelle. S’il y avait un fil rouge dans mon parcours, il est quelque part dans cette phrase de Jaco Pastorius :

« Rhythm is the whole deal, women & rythm section first ». Je laisse à chacun le soin de traduire et d’interpréter !

Propulsé par HelloAsso